Soeur Thérèse Bouchard (1925 - 2019)

Retour vers la page en souvenir

« C’est pour le nom du Seigneur qu’ils se sont mis en route. »

(3 Jean 1,7)

« Marcher et franchir la peine » selon les mots du chant d’Odette Vercruysse, c’est la route qu’a empruntée sœur Thérèse Bouchard pendant de longues années.  Femme de grand cœur, elle a marché à sa manière, cherchant toujours à se donner, à peiner pour atteindre un but qui semblait la fuir constamment.

Parfois désarmée et désarmante au point d’avoir mal, elle a cependant annoncé de bien bonnes nouvelles : celle d’un dévouement gratuit, celle du devoir accompli, celle d’une volonté sans cesse en éveil pour réussir coûte que coûte.

Sœur Thérèse avait le sens de la fête.  Rappelons-nous les chants composés à l’occasion d’un anniversaire, les petites pièces comiques qu’elle préparait avec cœur pour faire plaisir, mais en même temps la rendaient si heureuse.  Il est vrai de dire que l’amour donné et celui que l’on reçoit a le don de transformer les personnes.

La dernière route qu’elle a dû prendre, à un âge avancé, fut celle de l’infirmerie.  La maladie l’a transformée.  Sous les bons soins d’un personnel attentif, elle devint sereine, calme et souriante.  L’abandon à la volonté de Dieu et l’esprit d’action de grâce qui animèrent ses dernières années furent remarquables.  Le Dieu qu’elle avait cherché sa vie durant, lui découvrit enfin son Visage et elle se laissa regarder et guider par ce Père plein de bonté.

Sœur Thérèse, tu aimais bien nous surprendre par tes petits scénarios inattendus et amusants; au matin du 10 mai, tu nous as surprises une fois de plus, en nous quittant soudainement…  Cependant, ce ne fut pas une surprise pour ton Père aimant qui t’attendait depuis toujours.  Sœur Thérèse, aide-nous à demeurer toujours sous le regard de ce Dieu de bonté que tu as tant aimé.
toute la place qui te revient en compagnie des saintes et des saints. Nous nous souviendrons de toi.
 

Les Soeurs Antoniennes de Marie
Le 10 mai 2019