Soeur Carmelle Simard
 
   « Si le grain de blé meurt, il porte beaucoup de fruits »    (Jn 12, 24-26)
 
 
« La mort n’est rien. Je suis seulement passé de l’autre côté ». Ces paroles de saint Augustin ouvrent nos cœurs à l’espérance de revoir notre sœur Carmelle Simard qui vient d’être enlevée à notre affection.
 
Toute la vie de cette humble antonienne a été marquée par un grand désir d’accomplir la volonté de Dieu et par une fidélité à s’y conformer. On peut avancer : « Heureux les cœurs qui ont cherché à faire la volonté de Dieu, ils moissonnent aujourd’hui dans le joie ».
 
Le parcours de notre sœur présente des activités diversifiés. Douée de nombreux talents, elle répondait avec générosité à toutes demandes. On lui a confié pendant quinze ans, la direction de l’École Apostolique.  Ardente, remplie d’initiative, elle ne sut ménager ni son savoir-faire ni ses forces; ce furent des années de dévouement et de labeur total consacrées à l’éducation des jeunes.
 
Marquée par la souffrance et l’inactivité complète, sa dernière étape de vie fut pénible. Le petit grain de blé meurtri, s’est purifié et la récolte abondante doit être maintenant engrangée. Sœur Carmelle attendait la mort avec une sorte d’impatience, comme elle avait hâte de rencontrer pleinement son Dieu et lui offrir sa magnifique gerbe !
 
Nous croyons, Seigneur, qu’au bout de l’attente, il n’y a pas d’attente…mais la rencontre. Donc, prends place, chère sœur Carmelle, aux noces éternelles nous te rejoindrons un jour.
 
SS. Antoniennes de Marie
Le 24 août 2011

© 2009 Solution Globale Informatique