Bulletin de juin 2006
2006-01-31

Volume 4 Numéro 2

Les événements, au long des jours et des semaines, se succèdent sans toutefois laisser assez de temps pour réaliser tout ce qui a été projeté. Il en est ainsi de notre Bulletin qui subit un retard dans sa parution. N’allez surtout pas croire qu’il est moins résolu à survivre, non il a ses ambitions. Son utilité est pour ceux et celles qui veulent, sous leur propre compte, serrer davantage la réalité de ce qu’à été la vie de l’abbé DeLamarre et celle de ses Oeuvres. C’est cela que le présent bulletin veut rendre concret.

“Il a été dit bien des fois, que la meilleure façon d’honorer les Saints c’est d’imiter leurs vertus...et c’est en agissant de la sorte que l’on se rend digne de leur protection.” Nous en remettre à l’intercession du Serviteur de Dieu, voilà le moyen aujourd’hui d’obtenir les faveurs que nous sollicitons. Cependant, de la miséricorde et de la bonté du Dieu Père, nous demandons avant tout, qu’un jour nous puissions le vénérer et le prier à titre de “bienheureux”. C’est la visée que nous poursuivons en vue de cette éventuelle élévation.

Savez-vous qu’il est opportun de rappeler ce qui suit de l’année 1911? Le Père Hugolin, o.f.m. mentionne dans son volume, “Saint Antoine de Padoue et les Canadiens-Français” aux pages 71ss que la dévotion à Saint-Antoine avait presque un “Sanctuaire National” au Canada. Ce texte est reproduit dans le Messager de Saint-Antoine, septembre 1929 No 9 pages 207ss. Monsieur l’abbé DeLamarre fut l’ouvrier providentiel de ce sanctuaire national.

En 1894, alors qu’il était aumônier de l’Hôtel-Dieu St-Vallier de Chicoutimi, l’abbé DeLamarre persuada les religieuses Hospitalières qu’il fallait venir en aide à des fillettes orphelines en leur donnant refuge. Lui-même s’engageait à leur procurer le couvert et le vêtement en se faisant quêteur. Son intention était d’implanter l’Oeuvre du Pain en faveur de l’orphelinat naissant. Après avoir été confirmé dans son projet par un signe demandé à Saint Antoine, il expliqua cette Oeuvre lors d’une intervention à la cathédrale. Par la suite, il déposa une requête en vue d’obtenir des faveurs importantes et s’engagea à propager la dévotion à Saint Antoine. Le jour même, il vit vraiment sa demande exaucée. Ce fut l’origine de tout ce qui a été fait à la gloire du grand thaumaturge.

De toutes parts, les gens demandaient de publier les annales de la dévotion à Saint Antoine, et il reçut l’approbation de l’évêque, Mgr Labrecque, d’éditer et de publier le Messager de Saint-Antoine. De plus, constatant qu’il manquait une chapelle au Séminaire, alors qu’il était le Supérieur de l’Institution, il fit la promesse à Saint Antoine de lui aménager une chapelle latérale dans cette chapelle s’il voulait s’en occuper. Contre toute attente la chapelle du Séminaire fut construite comme monument à la mémoire du premier évêque de Chicoutimi, Mgr Dominique Racine. L’évêque ratifia la promesse du Supérieur et une petite chapelle latérale fut dédiée à Saint Antoine.

Toujours confiant en Saint Antoine, face à la nécessité, il fit construire un édifice pour les orphelines, en dépit des ressources financières des religieuses. Quelques semaines plus tard, les travaux étant commencés, Saint Antoine lui envoya un généreux bienfaiteur dont la grande libéralité assura cette construction. Ce fut par la suite, la fondation des Soeurs Antoniennes de Marie. Les religieuses, qui assumaient jusque là le service domestique au Séminaire, avaient prévenu le supérieur qu’elles quitteraient pour un but particulier à réaliser. Saint Antoine fut de la partie une fois de plus. Monsieur DeLamarre fit appel à d’autres Communautés. Devant leur refus, habité par la promesse de ne rien laisser perdre de ce qui pouvait glorifier le saint en propageant sa dévotion, il fonda la Congrégation sur l’ordre de son évêque et les appela: “Les Soeurs de Saint-Antoine de Padoue,” nom qui fut modifié à l’occasion du 25e anniversaire en 1929 de la Communauté.

Avec le temps, une statue de Saint Antoine fut placée dans toutes les églises. Le saint bénéficia ainsi de la dévotion des gens à Chicoutimi comme dans tout le Canada et dans l’univers entier. Après le décès de l’abbé DeLamarre, selon son désir déjà exprimé, les Pères Capucins prirent charge de l’Ermitage de Lac Bouchette et en firent un lieu de pèlerinage à Saint Antoine. Leur zèle incessant, à propager la dévotion, fait qu’aujourd’hui, l’Ermitage de Lac Bouchette est devenu ce que nous connaissons. Aujourd’hui, selon un décret de la Conférence Canadienne des Evêques du Canada, l’Ermitage Saint Antoine de Lac Bouchette accède au titre de: SANCTUAIRE NATIONAL Ermitage Saint-Antoine de Lac-Bouchette(Vous trouverez dans l'Actualité du Site une copie du décret).Nos lecteurs et lectrices seront sûrement heureux d’apprendre cette reconnaissance transmise par le Messager de Saint-Antoine, numéro de mai 2006. Convenons qu’il y a grand intérêt à recevoir et parcourir cette revue. Des trouvailles de tous genres, il y en a ...pour une lecture profitable. Nous les découvrons dans des textes divers, bien choisis, adaptés au temps présent, voire avantageux.
Dans le numéro du Messager de mai 1947, page 144, voici une invitation qui complète ce long résumé. “A cause de la grande dévotion au “Saint de tout le monde”, le saint Abbé DeLamarre baptisa sa résidence et sa chapelle du nom de: “L’Ermitage Saint-Antoine”. Plus tard, il devait ajouter à cette toute petite chapelle une autre plus grande mais de même style gothique. Si vous n’êtes jamais venus en notre Sanctuaire, venez faire une découverte: le ciel mêlera dans votre coeur les joies naturelles et surnaturelles.”

RUMEUR BIENFAISANTE

“J’implore votre secours pour ramener la paix dans un milieu de vie”
“M. DeLamarre, S.V.P. je te confie tous les malades, les chéris de Notre Père du ciel, tu peux les guérir”
“S.V.P. voulez-vous suivre nos jeunes et les arrêter de marcher dans de mauvais chemins.”
“M. DeLamarre, je vous prie de nous obtenir des vocations selon la générosité de Notre Père céleste et de Marie et Saint Antoine (L.N. Chicoutimi)”
“Je te confie un prêtre, occupe-toi de lui, tu es puissant auprès de Marie et de Saint-Antoine.”

Des faveurs obtenues:

“M. DeLamarre, trouve un employé dans cette Institution, c’est urgent, merci
“Aide-moi à trouver les mots, une raison de continuer et la force de faire voir le chemin à ma fille ainsi que le courage à mon fils afin qu’il ait foi en ses qualités.”
“J’ai demandé à l’abbé DeLamarre, la réussite de mon fils pour son stage de trois mois, il me l’a accordée” (V.T. Chicoutimi).
“Un don a été fait en reconnaissance pour la faveur d’un nouvel emploi (D.C. Jonquière)”

Prière pour une demande de faveurs

Seigneur Jésus, Toi qui as dit: “demandez et vous recevrez”, nous te prions de glorifier sur cette terre ton fidèle Serviteur Elzéar DeLamarre. Prêtre selon ton coeur, il a su mettre en valeur son Sacerdoce, ses dons naturels et spirituels pour le bien des âmes, des pauvres et des orphelines. Accorde-nous, nous t’en supplions, la grâce que nous sollicitons par son intercession... Amen!

Colette Gagnon, a.m.
Juin 2006

Avec l’approbation de l’Ordinaire de Chicoutimi
Prière de communiquer le récit des faveurs obtenues à
:
 
La Cause Elzéar DeLamarre
Les Antoniennes de Marie
927 rue Jacques-Cartier Est
Chicoutimi QC G7H 2A3

Site internet: www.soeursantoniennes.org
Courrier: causeEDL@soeursantoniennes.org 

- Dépôt légal - Bibliothèque du Québec, 2003
- Dépôt légal - Bibliothèque du Canada, 2003

ISSN 1705-4141


[<] Retour aux bulletins

© 2009 Solution Globale Informatique