Bulletin de janvier 2005
2005-01-31

Volume 3 Numéro 1 


À tous nos lecteurs et lectrices,

En vous présentant le volume 3 du Bulletin de la Cause, il est à propos de rappeler cette parole du Psaume 65: "Tu visites la terre et tu la combles de richesses." Quel bon motif ce sera pour chacun et chacune de revenir sur les nombreux passages de Dieu dans la vie de son Serviteur. Béni soit Dieu dans ses oeuvres et dans ses saints! dirons-nous spontanément pour le remercier de l'avoir donné à notre Eglise diocésaine à ses débuts.

Importants, fréquents et émouvants ont été les retours aux sources, effectués tout au fil de l'année 2004. Ils furent autant d'actions de grâce pour tout ce que le Seigneur a opéré dans la vie de l'abbé Elzéar DeLamarre. Ses charismes ont trouvé un nouvel éclat dans l'histoire centenaire de celles qui ont providentiellement poursuivi l'oeuvre qu'il a entrevue en fondant la Communauté des Antoniennes de Marie.

“Faire mémoire, c'est une façon de refaire connaissance avec le passé, avec le présent; c'est une façon de faire jaillir en son coeur la précieuse reconnaissance; c'est découvrir que la fidélité n'est pas répétition, refus de changement...” A combien d'événements ces retours ont fait mention et permis d'en tirer profit! Il faut donc dire, pour une implication efficace, que leur mémoire engage tous les coeurs à de nouvelles créativités.

Ce retour sur le passé a éclairé le rôle et la mission de la Congrégation des Antoniennes de Marie dans l'Eglise diocésaine depuis cent ans. Comment les soeurs pouvaient-elles mieux suivre la trace de celui et de celles qui ont été des éléments fondateurs de la famille antonienne? Où pouvaient-elles mieux découvrir les richesses de leur action créatrice? Les oeuvres diversifiées, établies par l'abbé DeLamarre, ne sont-elles pas aujourd'hui encore des témoins silencieux d'un valeureux passé, des inspirations qui les incitent à aller confiantes vers l'avenir?

“...Nous remémorer les années d'enfance et d'adolescence, et la vie sacerdotale de l'abbé DeLamarre, ce n'est pas seulement remettre en scène, pour les mieux apprécier, les riches facultés tellectuelles et morales d'un membre du clergé qui fut une élite dans la société religieuse de son temps; c'est aussi mieux comprendre et mieux admirer les agissements mystérieux de la divine Providence et de la grâce du Saint-Esprit dans le sanctuaire d'une âme qui veut sincèrement répondre et s'abandonner, au jour le jour, aux insondables desseins de Dieu...”

“...Que l'on s'arrête à son enfance et à son adolescence, ou aux années de sa vie de prêtre, on demeure dans l'admiration en contemplant comment les voies de Dieu préparent, fécondent et parachèvent sa vie d'éducateur, d'apôtre et de réalisateur de multiples oeuvres de charité et de piété...” (Père Pascal, o.f.m. ex directeur, Messager, octobre 1957).

A une autre occasion, lors d'un pèlerinage d'un groupe de dix-neuf antoniennes des plus anciennes, le Père Louis, capucin, Supérieur, leur exprimait ceci:

“...Une preuve de la sainteté de ce prêtre, c'est que toutes ses oeuvres vivent et se développent, votre Communauté en est une preuve vivante...” (Messager, octobre 1957)

“La mémoire de l'abbé Elzéar DeLamarre demeure en perpétuelle bénédiction” disait encore un bon Père capucin, de plus: “Il est toujours présent et parle toujours au coeur de ceux qui viennent s'édifier auprès de son sanctuaire...” (Messager, mai 1932, no5, F.E.N. de B.) “...Monsieur DeLamarre, comme tout homme habitant les sommets, voyait juste et loin; son coup d'oeil était pénétrant, sa démarche assurée; et quand il avait découvert les secrets desseins de Dieu, plus rien ne pouvait le faire reculer...” (cf. idem)


Toutes les oeuvres de l'abbé DeLamarre sont à considérer à la lumière de l'action toute-puissante, providentielle de Dieu qui possède des moyens pour insérer le jeu de sa grâce dans la vie des humains. Après quelques années consacrées au ministère paroissial et à des études approfondies en théologie à l'Université de la Propagande à Rome il est désigné, à titre de professeur, au Petit et au Grand Séminaire de Chicoutimi. Il entrait dans le plan de Mgr Louis-Nazaire Bégin qui rêvait depuis le début de son épiscopat, “de développer le Grand et le Petit Séminaire de son diocèse” et de préparer des prêtres compétents pour l'aider à dispenser un enseignement supérieur. Son choix s'était donc porté sur l'abbé DeLamarre qui mit ses nombreux talents, à contribution, sans jamais chercher à les étaler. Il unissait à son zèle des qualités exceptionnelles et sut enthousiasmer pour son idéal bon nombre de personnes. Par la suite, en plus de ses fonctions au Petit et Grand Séminaire, Mgr le nomma chapelain des religieuses hospitalières et aumônier de leur hôpital.

Aux Hospitalières, l'abbé DeLamarre demandera de placer une statue de saint Antoine sur la façade de l'hôpital en leur disant, face à leur hésitation, que le saint verrait à leur faire trouver des solutions. A partir de ce moment se manifeste sa dévotion à saint Antoine. En 1894, désireux de le faire connaître, il publie un petit ouvrage dont le titre répond à ce qu'il veut susciter: La dévotion à saint Antoine de Padoue. Il en profite pour expliquer ce qu'est l'oeuvre de l'Association Universelle des amis de saint Antoine et dire en quoi consiste celle du Pain de saint Antoine. Cette oeuvre fut confiée aux religieuses hospitalières et leurs pauvres en bénéficièrent avantageusement. L'abbé DeLamarre s'adonnera pendant trois ans à instaurer la dévotion à saint Antoine. Au cours de cette même année 1894, il établit l'Oeuvre du Pain . La chapelle de l'hôpital deviendra le centre de cette oeuvre. Les aumônes devenues imposantes, font qu'il est en mesure de proposer aux religieuses d'ouvrir un orphelinat.

“...Va sans dire que les débuts de l'Orphelinat furent pénibles, et qu'il fallait du dévouement et de l'oubli de soi pour donner aux enfants le nécessaire, l'utile et, autant que possible, l'agréable. Mais les âmes qui devaient présider à l'organisation de cette oeuvre étaient bien choisies, et l'homme de Dieu qu'elles pouvaient consulter journellement sans lasser son zèle, leur était d'un grand secours. Qu'il suffise de dire que monsieur l'abbé DeLamarre a suivi de très près, durant une vingtaine d'années, l'oeuvre qui lui était chère...

. ..En janvier 1895, dix orphelines étaient inscrites au registre. L'année suivante, le nombre s'étant augmenté, on leur assigna une nouvelle salle. Au début de 1896, le registre portait le chiffre trente-six, dont sept avaient fait leur première communion. Ces progrès étaient consolants, mais disproportionnés au local dont on disposait...” cf Histoire de l'Hôtel-Dieu Saint-Vallier, 1884-1934, Chicoutimi, 1934, page 128.

Nos lecteurs ne doivent pas oublier que la Cause demeure toujours intéressée à recevoir les avis de faveurs obtenues par l'intercession de l'abbé DeLamarre. Il ne faut pas seulement un miracle pour soutenir la cause de béatification, il faut également des témoignages de la force des prières du Serviteur de Dieu devant le trône du Père des cieux. “Plus vous avez à coeur d'être exaucé, plus vos supplications s'élèvent ardentes et sincères. Voilà chez vous le penchant à la prière, la ferveur même.” E. DeLamarre

VARIA: Rumeur bienfaisante

• Après avoir prié l'abbé DeLamarre tous les matins, une dame a obtenu la faveur de vendre un terrain et ajoute à son message une somme pour la célébration d'une messe d'action de grâce. (S. R. Montréal.)

• Ma prière avec la compagnie de l'abbé Elzéar DeLamarre a été exaucée, et même au-delà de mes espérances, témoigne avec reconnaissance une dame fervente. (M. G. Lac St-Jean)

• Une jeune élève, suit le conseil de son professeur, et fait cette prière: “Monsieur Elzéar, venez me guérir pour mon asme © asthme ª , s.v.p.” (A.-M. B. Chicoutimi)

• Par l'intercession de l'abbé DeLamarre une autre dame a obtenu le soulagement d'un mal à un genou qui lui causait de sérieux ennuis, particulièrement celui d'être dans l'obligation de subir une opération. Elle ajoute qu'elle lui a demandé, au cours d'une nuit, une faveur pour l'un des siens dont les conditions lui faisaient appréhender une intervention chirurgicale; elle lui attribue le résultat sécurisant des examens. (C. M. Lac St-Jean)

• Sur recommandation d'un prêtre, une dame, en dépit de ses doutes, décide de faire confiance à l'abbé DeLamarre. Après un certain temps, ses problèmes de santé se sont résolus ainsi que des recherches d'emploi pour ses enfants. D.P. Chicoutimi)

• Conseillée par sa mère, une jeune fille qui vivait une situation instable, chambardée dit-elle, a demandé l'aide de l'abbé DeLamarre en lui confiant ses intentions. Comme elle a été exaucée elle lui adresse maintenant 4,000 mercis. (M.E. Montréal).

Colette Gagnon, a.m. Janvier 2005


Prière pour une demande de faveurs 
Seigneur Jésus, Toi qui as dit: “demandez et vous recevrez”, nous te prions de glorifier sur cette terre ton fidèle Serviteur Elzéar DeLamarre. Prêtre selon ton coeur, il a su mettre en valeur son Sacerdoce, ses dons naturels et spirituels pour le bien des âmes, des pauvres et des orphelins. Accorde-nous, nous t'en supplions, la grâce que nous sollicitons par son intercession... Amen!

Avec l’approbation de l’Ordinaire de Chicoutimi

La Cause Elzéar DeLamarre
Les Antoniennes de Marie
927 rue Jacques-Cartier Est
Chicoutimi QC G7H 2A3

Site internet :www.soeursantoniennes.org  

-  Dépôt légal - Bibliothèque du Québec, 2003 
-  Dépôt légal - Bibliothèque du Canada, 2003
 


ISSN 1705-4141


[<] Retour aux bulletins

© 2009 Solution Globale Informatique